La futilité de toujours se pousser à être plus

fantasy-1

La futilité de toujours se pousser à être plus
Traduction libre d’un article de Leo Babauta du blog Zen Habits.

Pendant les huit dernières années, j’ai eu une lutte interne : entre le désir de m’améliorer, et celui de vouloir être satisfait.
Pour être honnête, je n’ai pas encore compris complètement comment résoudre cette lutte. Mais je travaille sur elle.

Quelle est la racine de cette lutte ?

Eh bien, quand j’ai commencé Zen Habits il y a plus de huit ans, j’ai travaillé plus d’un an sur le changement de mes habitudes, avec beaucoup de réussites.

Tous ces changements avaient pour origine mon mécontentement avec moi-même. Malgré mes succès, le sentiment de mécontentement n’a jamais disparu.

J’ai donc commencé à travailler sur le fait d’être plus satisfait. Ce qui signifiait accepter beaucoup de choses sur moi-même, apprendre à apprécier ce que j’ai, l’apprentissage de la notion du «assez» au lieu de toujours vouloir en faire plus, d’être plus.

Je suis devenu plus heureux avec le concept d’être déjà assez.

Pourtant, voici ce que j’ai appris récemment :

Le conflit n’a pas disparu.

Chaque jour, j’avais des envies irrépressibles à poursuivre des objectifs :

  1. participer à un ultra-marathon,
  2. faire le « Goruck Challenge »,
  3. obtenir des abdos « tablettes de chocolat »,
  4. apprendre une nouvelle langue,
  5. apprendre à programmer
  6. apprendre à jouer de la guitare,
  7. voyager dans le monde,
  8. et bien plus encore…

Il n’y a rien de mal avec ces pulsions. Elles sont naturelles. Elles sont une partie de l’être humain, et elles peuvent conduire à de bonnes choses.

Ces pulsions ne finissent jamais.

Je veux toujours plus. Je ne suis jamais satisfait.

Quand cela sera-t-il suffisant ?

Quand vais-je être heureux avec qui je suis ?

marathon

Les pulsions ne sont pas fondées sur quelque chose de significatif.

Elles viennent en lisant un magazine, ou le blog de quelqu’un, et me font penser, « Oh, ce serait cool ! »

J’ai lu des listes de choses que je devrais faire un jour, les lieux où je devrais aller, les réalisations que d’autres ont faites … et l’idée germe dans ma tête que je dois les faire.

Hé cool, nous allons poursuivre tout à coup un nouvel objectif !

Mais ce nouveau fantasme dans ma tête n’est pas basé sur tout ce qui m’importe.

C’est juste une image cool que j’ai dans ma tête et qui me montre comment ma vie serait géniale une fois que j’aurai atteint cet objectif.

Ma vie n’est pas plus impressionnante après la réalisation de l’objectif.

J’apprends toujours quelque chose à partir de ces activités, mais le résultat n’est pas la vie sur laquelle j’ai fantasmée. J’ai couru l’ultra-marathon, j’ai fait le « Goruck Challenge », j’ai obtenu un corps plus mince, j’ai appris un peu de programmation … ma vie n’est pas meilleure.

Le fantasme n’a jamais été réel.

La quête n’aboutit à rien de significatif.

Courir après ces réalisations, chercher toujours à m’améliorer … n’aboutissent pas à tout ce qui donne un sens à ma vie. Ce ne sont que des fantasmes, qui ne donnent pas de sens.

fantasy

La signification est tout ce qui compte.

Alors que les activités de faire plus et d’être plus que j’ai mentionné ci-dessus ne créent pas vraiment un sens à ma vie … il y a des activités qui créent du sens.

  1. La rédaction de ce blog ainsi que d’aider les membres du programme « Sea Change » sont utiles, parce que je vais aider les autres à trouver la pleine conscience, de meilleures habitudes, le contentement.
  2. Faire des choses avec mes enfants est important. Parce que je les aide à se sentir aimé.
  3. L’écriture de mon nouveau livre est important. Parce qu’il a été fait par amour pour mes lecteurs.

Ces choses sont dignes d’être accomplies.

Je peux regarder et me laisser aller.

J’ai appris récemment que lorsque je vois ces pulsions à être quelque chose de plus, pour atteindre quelque chose de cool … j’ai juste à les regarder lorsqu’elles apparaissent.

Je ne peux pas contrôler ces pulsions, mais je peux en être conscient.

Et je peux aussi réaliser qu’elles ne créeront pas de sens pour moi, qu’elles sont juste un fantasme, et je les laisse aller.

Ce n’est pas toujours facile de les laisser aller. Mais ce qui fonctionne c’est de se rendre compte que la poursuite de ces améliorations vides de sens n’a jamais abouti à ce que j’avais espéré qu’elles le feraient.

Et aussi que j’ai passé des mois et des années de mon temps à poursuivre ces choses au lieu de créer un vrai sens à ma vie.

Je n’ai pas toutes les réponses, mais je me rends compte que pendant le temps limité qu’y me reste à vivre, je veux aller dans la poursuite de ce qui est significatif, pas de ce qui semble étincelant et cool.

Vous aimerez aussi...