Devenir le capitaine de sa vie

capitaine de sa vie

imagefond

Avez-vous déjà ressenti la sensation de lourdeur dans votre vie ?

La sensation de ne pas être connecté à qui vous êtes vraiment. Les événements se succèdent et vous avez l’impression de subir etd’avoir toujours un train de retard ?

J’ai passé de longues années comme cela : je me levais le matin mécaniquement toujours fatiguée, je me lavais, je déjeunais, je m’occupais des enfants, je les accompagnaient à l’école, je partais travailler et le soir je récupérais les enfants, je préparais le goûter, je les aidais pour leurs devoirs, je préparais le repas du soir, je les couchais et je me couchais fatiguée.

 

J’avais toujours l’impression de passer à côté de ma vie, de ne pas vivre les choses que je souhaitais réellement.

Un jour, et je ne me souviens pas de l’élément déclencheur mais surement un gros ras le bol, j’ai décidé de changer cet état de fait.

J’ai commencé à m’intéresser au développement personnel et à lire de plus en plus de livres sur le sujet.

Internet est également une mine d’or qui regorge d’informations, de vidéos et d’audio sur tous les sujets possibles. J’ai choisi de regarder et de lire uniquement les choses qui m’inspirent. J’ai décidé ce jour là d’être le capitaine de ma vie.

 

Qu’est ce que cela a changé dans ma vie ?

 

J’ai osé dire non à certains : ce qui a bousculé mon quotidien = j’ai été licenciée !!

 

J’avais toujours tendance à agir en fonction de ce que les autres attendaient de moi.

Aujourd’hui j’agis en fonction de ce que je pense être bon pour moi. Si je me sens bien, automatiquement cela se répercute aussi sur mon entourage.

OK, j’ai perdu mon travail. Mais je ne m’y sentais pas à ma place. Je ne m’y épanouissais pas. J’appréciais certains de mes collègues, mon travail était ce qu’il était mais je ne m’y donnais pas à fond car je faisais cela seulement pour le salaire.

Beaucoup de personnes font cela, je sais et je ne juge personne. Je pense que ce qui m’a fait flipper, c’est lors d’une discussion avec un collègue sur le repoussement de l’âge de départ à la retraite. Je me suis dit : non, ce n’est pas possible.

Je ne pourrais jamais rester ici dans cette entreprise, ce bureau, avec ces collègues pendant encore au moins 25 ans !

 

Un nouveau départ

Du moment où j’ai pris conscience de mon ressenti, les choses se sont déroulées de manière à ce que, en quelques mois, je me trouve face à une décision à prendre : soit accepter un nouveau poste dans mon entreprise ou soit le licenciement. J’ai choisi la deuxième solution.

licenciée

Je ne dis pas que cette décision fut facile à prendre. J’ai beaucoup réfléchi et d’ailleurs si j’avais écouté ma raison j’aurais accepté ce nouveau poste. Mais l’appel au fond de moi était tellement fort et j’avais une telle confiance dans cette petite étincelle que je ne pouvais que refuser de continuer comme avant.

Aujourd’hui, pour être sincère j’ai encore des inquiétudes lorsque mon mental ressasse des problèmes. Par contre, les moments de doute durent de moins en moins longtemps. Grâce à tous les conseils que j’ai pu trouver dans les livres et sur internet, j’arrive à dominer mon mental, à retrouver ma quiétude en écoutant mon centre, mon guide intérieur.

 

J’ai repris la gouvernance de ma vie.

 

J’ai la chance d’avoir aussi dans mon entourage des personnes qui se posent des questions comme moi. Nous pouvons en discuter et avancer ensemble. On s’encourage. Je me sens certainement moins seule aujourd’hui que lorsque je travaillais au bureau malgré les dizaines de collègues autour de moi. Nous ne partagions pas grand chose en dehors des questions du travail.

Avez-vous vous aussi pris un jour une décision qui a changé votre vie ?

 

Vous aimerez aussi...