Comment entraîner votre cerveau à être plus performant ?

cerveau

Cet article est la traduction de l’article de Steve Pavlina

How to Train Your Brain for Better Performance www.StevePavlina.com

 

« L’un des plus grand problèmes dont je vois les gens souffrir c’est qu’ils gaspillent leur précieux pouvoir mental avec des pensées, des sentiments, et des croyances qui ne peuvent pas les aider à se rapprocher de leurs désirs.

S’inquiéter est un gaspillage de nos ressources. La dépression est un gaspillage de nos ressources. Faire des excuses est un gaspillage de nos ressources. Les gens le savent, mais ils continuent à investir leur intelligence dans des schémas inutiles.

Je pense que la principale raison est que les gens n’ont pas entraîné leur cerveau à bien se conduire. Après s’être relâchés pendant des années, ces cerveaux se comportent comme des chiens non formés, font pipi sur les tapis et mordent les meubles. Et leurs propriétaires leur permettent de continuer. Par conséquent, ceux-ci souffrent de cela — dans leurs finances, leurs relations, leur santé, etc… Un cerveau non entraîné obtient de faibles résultats. Qui est responsable de cela ? Le propriétaire bien sûr.

Le cerveau

Quand vous surprenez votre cerveau à faire quelque chose que vous n’aimez pas consciemment, comme se soucier inutilement, le laissez-vous continuer ? C’est une erreur à moins que vous ne souhaitiez l’encourager à continuer. Comme s’inquiéter est totalement inutile et improductif, il est plus logique de dire à votre cerveau que ce comportement est inacceptable, et aller immédiatement dans une autre direction.

Vous pouvez commencer par attirer l’attention de votre cerveau et lui dire d’arrêter. Quand vous surprenez votre cerveau à faire quelque chose que vous n’acceptez pas, je vous encourage  à le lui dire à haute voix.

Non ne fait pas ça. C’est faux. Cesse immédiatement.

Ensuite, informez rapidement votre cerveau sur ce que vous voulez qu’il fasse.

Arrête tes pensées qui tournent en rond. Nous avons un problème à résoudre ici, aussi résous le d’une façon qui me convienne. Voici les contraintes…  Voici ce que nous savons sur l’objectif souhaité… Maintenant utilise tes meilleures capacités pour calculer une solution optimale ou quasi-optimale.  C’est une donnée. Utilise ces 100 milliards de neurones à bon escient, et trouve une solution à ce défi qui répond à mes critères. Va travailler là-dessus maintenant et prévient mon attention consciente lorsque tu auras quelque chose de digne à me présenter.

 

Vous seriez surpris de constater à quel point cela fonctionne.

Si votre cerveau gaspille son énergie à s’inquiéter, avoir peur, être en colère, sur la solitude, à ressasser des pensées, ou bien se distraire, peut être n’avez-vous pas donné à votre subconscient un problème ou une tâche digne de son statut. Après tout, c’est un super ordinateur étonnamment puissant. Votre cerveau a envie d’un bon défi. Il est très bien adapté pour trouver des solutions créatives aux problèmes. Aussi donnez lui une énigme respectable à mâcher dans les coulisses. Utilisez ces 100 milliards de neurones à un bon usage. Sinon, ne soyez pas surpris que votre cerveau se comporte comme un chien ignoré pendant trop longtemps, en faisant tout ce qu’il peut pour attirer votre attirer votre attention. 

Vous n’êtes pas en mesure de contrôler consciemment votre cerveau à tout moment, mais vous pouvez à coup sûr prendre le contrôle à certains moments, comme lorsque vous le surprenez à faire quelque chose de destructeur.

Ne laissez pas un cerveau mal formé mâcher vos capacités mentales. Quand il se comporte mal, donnez lui un peu d’amour dur. Soyez ferme avec lui. Ne le battez pas parce qu’il a échoué à vous satisfaire. Ensuite, dites à votre cerveau — aussi clairement que possible — ce que vous voulez qu’il fasse à la place. Formez le aux bons comportements.

Un cerveau bien formé est comme un chien bien dressé. Au lieu de vous battre avec votre cerveau ou d’être frustré par son comportement erratique, vous pouvez vous détendre, profiter et apprécier sa présence dans votre vie. Vous pouvez recevoir ses cadeaux.

Continuez la formation.

Quand votre cerveau présente la solution d’un problème, donnez lui un retour. A-t-il satisfait vos critères ? Est-il venu avec une option intelligente pour vous ?

Quand votre cerveau vient avec une solution intelligente que vous appréciez réellement, faites lui des éloges. Dites lui :

Wow ! C’est brillant. J’aime cela. Tu as fait un excellent travail. C’était exactement ce que je voulais voir. Tu es bon, toi !

Faites-le suivant le degré d’émotions positives que vous ressentez en vous. Récompensez votre cerveau pour ce que vous lui avez demandé consciemment de faire.

Brillant ! Joliment fait ! Tu as réussi !

Qu’est-ce-que votre cerveau a calculé pour vous récemment ? Le félicitez-vous lorsqu’il fait du bon travail ? Ou le prenez-vous pour acquis ? Que se passe-t-il lorsque vous prenez d’autres personnes pour acquis ? Ne deviennent-elles pas paresseuses et plus rebelles ?  N’est-ce pas le comportement qu’a eu votre cerveau récemment ?

Que faire si votre cerveau ne fonctionne pas aussi bien que vous aimeriez ? Dites lui ce qu’il fait bien et ce qu’il fait mal et ce que vous voudriez qu’il ajuste. Renvoyez le à retravailler sa solution. Dites quelque chose comme cela :

Non, tu es venu avec une idée qui pourrait nous faire gagner $X. Je sais déjà que tu sais comment faire. Je t’ai demandé d’identifier une opportunité à $ 5X. Je ne vois pas comment ta solution va permettre cela. Trouve un moyen de gagner $ 5X en une fois. Un projet. Une idée. Je sais qu’on ne l’a jamais fait avant, mais je sais que tu es assez intelligent pour le trouver. Nous savons que c’est possible, aussi il y a surement un moyen d’y arriver. Si tu dois remplacer de vieilles croyances limitantes pour y arriver, tu as ma permission. Mais tu ne dois pas violer mes valeurs. Ta solution doit être honnête, honorable, éthique en premier lieu. Maintenant, vas réfléchir. Je sais que tu peux le faire.

Gardez votre cerveau occupé à  résoudre des problèmes qui correspondent à vos objectifs. Votre cerveau adore cela. Un défi le stimule. Il est très bon pour cela. Mais vous devez le former et le récompenser correctement.

Il peut sembler étrange de se comporter avec son cerveau comme avec une entité séparée que vous devez former pour qu’elle soit meilleure, mais est-ce tellement étrange ? Les athlètes traitent leurs muscles comme des entités qui doivent être formées, et cette approche fonctionne bien pour eux. Voulez-vous mieux être un athlète mental avec un cerveau bien formé… ou une patate mentale avec un cerveau non entraîné ?

Par le passé, j’ai dépensé beaucoup d’efforts à essayer de résoudre les problèmes en conscience. Maintenant mon approche est plus de l’ordre d’un partenariat entre ma pensée consciente et mon subconscient. Je délègue beaucoup de tâches à mon subconscient ces derniers jours, y compris l’écriture. Ma pensée consciente est normalement très détendue lorsque j’écris. Mon subconscient communique essentiellement directement avec mes doigts, leur disant quoi taper. Je ne sais pas toujours quels mots et phrases vont apparaître sur l’écran. Quelque fois ma pensée consciente est plus à lire qu’à écrire. Cela fonctionne pour moi car j’ai passé des années à entraîner mon cerveau à écrire. Aussi maintenant je peux simplement dire à mon cerveau d’écrire un nouvel article et il prendra soin de cela pendant que mon esprit conscient se détend.

C’est essentiellement la même idée qu’enseigner à un chien à rapporter une balle ; le chien court après la balle automatiquement car c’est ce qu’on lui a appris à faire. Le chien n’a pas à penser à comment faire. Le chien le fait tout simplement.

Dans votre tête vous avez cet étonnant ordinateur auquel vous pouvez assigner une tâche ou un problème, et il peut calculer la solution dans les coulisses, la portant à votre attention lorsqu’il a fini. Cela marche pour les défis du business, les défis financiers, les défis sociaux et les défis relationnels.

Essayez ceci et voyez comment cela fonctionne pour vous. Si vous prenez l’habitude de considérer votre cerveau comme un super ordinateur, quoique qu’il demande quand même un contrôle et une formation, je pense que vous aimerez le résultat. Votre cerveau est surement capable de vous créer une vie abondante, joyeuse et épanouissante.

Vous pouvez obtenir ce que vous désirez

Votre cerveau est brillant. Demandez lui calmement et fermement. Et récompensez-le ainsi qu’ajustez son comportement si besoin. »

 

J’ai tenu à partager l’article de Steve Pavlina que je viens de lire ce matin. Je le trouve très intéressant et très puissant dans les opportunités qu’il nous ouvre. Qu’en avez-vous pensé ?

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Diane dit :

    J’aime bien cette idée de collaboration partenaire avec son cerveau. Cela me fait penser un peu à la méthode Ho’oponnopono avec sa phrase – Désolé, pardon, merci, je t’aime -. Donc, pas d’autocritique mais un sincère sentiment de confiance que tout peut s’arranger pour le mieux avec le moindre effort.
    Juste avoir Confiance et laisser les choses se faire naturellement, calmement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge