Comment changer ses modes de pensées négatives

pensées négatives

pensées négativesCeci est la traduction d’un article de Steve Pavlina.

 

Supposons que vous avez la mauvaise habitude de trop vous attarder sur les mêmes pensées négatives. Et supposons qu’il n’y a pas de manifestation physique extérieure qui leur soit associée. C’est juste la pensée négative, comme « Je suis tellement déprimé» ou «Je déteste mon travail» ou «Je ne peux pas faire cela» ou «Je déteste être grosse. » Comment pouvez-vous briser une mauvaise habitude quand elle est tout le temps dans votre esprit ?

Il y a effectivement un certain nombre de façons de déconditionner un schéma de pensée négative. L’idée de base est de remplacer l’ancien modèle par un nouveau. Résister mentalement à la pensée négative aura généralement l’effet inverse – vous allez simplement la renforcer et la rendre encore pire. Plus vous excitez vos neurones de la même manière, plus vous renforcez ce modèle.

 

Voici une petite méthode que j’utilise pour briser les schémas de pensée négatives. C’est fondamentalement quelque chose que j’ai concocté à partir d’une combinaison du modèle swish de la PNL et une technique connue sous le nom de mémoire-chaînage. Je trouve généralement le modèle swish employé seul inopérant et inefficace, mais cette méthode fonctionne très bien pour moi.

 

Au lieu d’essayer de résister à la tendance de la pensée négative, vous redirigez la pensée. Pensez-y comme le kung-fu mental. Prenez l’énergie de la pensée négative et redirigez-la dans une pensée positive. Avec un peu de conditionnement mental, chaque fois que la pensée négative se produit, votre esprit s’oriente automatiquement vers la pensée positive liée. Cela ressemble à la technique d’ apprentissage de Pavlov qui fait saliver des chiens quand la cloche sonne.

 

Voici comment cela fonctionne :

 

Supposons que votre pensée négative est une vocalisation, ce qui signifie que c’est comme si vous entendez une voix dans votre tête qui dit quelque chose que vous voulez changer, comme, « je suis un idiot. » Si la pensée négative est visuelle (une image mentale) ou kinesthésique (une intuition), vous pouvez utiliser un processus similaire. Dans de nombreux cas, la pensée se manifeste par une combinaison des trois (visuel, auditif et kinesthésique).

 

Étape 1: Retournez la pensée négative en une image mentale.

 

Prenez cette petite voix, et transformez-la en une image mentale correspondante. Par exemple, si votre pensée est: «Je suis un idiot, » Imaginez-vous porter un bonnet d’âne, habillé très bêtement, et sauter partout comme un abruti. Voyez-vous entouré par d’autres personnes qui vous pointent du doigt alors que vous criez : « je suis un idiot. » Plus vous exagérez la scène, meilleur cela sera. Imaginez des couleurs vives, beaucoup d’animation, des mouvements rapides, et des images sexuelles si cela vous aide à mémoriser. Répétez cette scène encore et encore dans votre esprit jusqu’à ce que vous atteignez le point où l’idée de la pensée négative affiche automatiquement cette image maladroite.

 

Si vous avez des difficultés à visualiser, vous pouvez aussi faire ce qui précède dans un mode auditif. Traduisez la pensée négative en un son, comme une ritournelle que vous chantez. Passez par le même processus avec le son à la place de l’image. Cela fonctionne aussi de toute façon. Pour ma part je préfère la méthode visuelle.

 

Étape 2: Sélectionnez une pensée de remplacement autonome.

 

Maintenant, décidez ce que vous aimeriez penser au lieu du négatif. Donc, si vous pensiez, « je suis un idiot, » peut-être souhaiteriez-vous le remplacer par «Je suis génial. » Choisissez une pensée qui vous donne le pouvoir d’interrompre l’effet dévalorisant de la pensée première négative.

 

Étape 3: Créez une image mentale de cette pensée positive.

 

Maintenant, passez par le même processus que vous avez utilisé à l’étape 1 pour créer une nouvelle scène mentale de la pensée positive. Donc, avec l’exemple «Je suis brillant, » vous pourriez vous imaginer la tête haute, posant comme Superman avec vos mains sur vos hanches. Imaginez une ampoule géante qui apparaît juste au-dessus de votre tête. L’ampoule s’allume si brillante qu’elle devient aveuglante, et vous vous voyez vous-même en criant: «Je suis bbbbbrrrrilllllllliannnntttt ! ». Encore une fois, répétez cette scène jusqu’à ce que le fait de penser à l’idée positive vous apporte automatiquement l’image associée.

 

Étape 4: Liez mentalement les deux images ensemble.

 

Maintenant, prenez les images de l’étape 1 et de l’étape 3, et collez-les mentalement ensemble. Cette astuce est utilisée dans les techniques de mémorisation comme enchaînement ou ancrage. Vous voulez transformer la première scène en la deuxième scène. Le modèle swish PNL que vous faisiez fait une coupe droite d’une scène à l’autre, mais je vous recommande d’animer la première scène vers la seconde. Une coupe est comme une colle très faible et souvent cela ne colle pas. Ainsi au lieu de cela, prétendez que vous êtes le directeur d’un film. Vous avez la scène d’ouverture et la cérémonie de clôture, et vous devez remplir le milieu. Mais vous n’avez que quelques secondes de film à disposition, et vous voulez trouver un moyen de faire la transition le plus rapidement possible.

 

Par exemple, l’un des éléments perturbateurs dans la première scène pourrait jeter une ampoule à la version imbécile de vous. L’idiot attrape l’ampoule et la visse sur le haut de sa tête, grimaçant sous l’effet de la douleur. L’ampoule devient ensuite une ampoule géante et s’allume d’une manière tellement lumineuse qu’elle aveugle tous les éléments perturbateurs. Vous arrachez vos vêtements d’idiot pour révéler une robe blanche brillante dessous. Vous levez la tête haute comme Superman et criez avec confiance : «Je suis bbbbbrrrrilllllllliannnntttt ! ». Les perturbateurs tombent à genoux et commencent à vous adorer. Encore une fois, plus vous exagérez la scène, mieux c’est. L’exagération rend plus facile à retenir la scène parce que nos cerveaux sont conçus pour se rappeler l’insolite.

 

Une fois que vous avez élaboré toute la scène, répétez-vous la mentalement pour améliorer la vitesse. Rejouer la scène encore et encore jusqu’à ce que vous pouviez imaginer de bout en bout en moins de deux secondes, idéalement en moins de 1 seconde. Cela devrait être rapide comme l’éclair, beaucoup plus vite que vous ne le voyez dans le monde réel.

 

Étape 5: Test.

 

Maintenant, vous devez tester votre redirection mentale pour voir si cela fonctionne. C’est un peu comme une redirection HTML – lorsque vous entrez l’ancienne URL négative, votre esprit vous redirige automatiquement vers la positive. Le simple fait de penser la pensée négative devrait rapidement mettre en place la pensée positive. Si vous avez fait ceci correctement, vous ne serez pas en mesure de l’aider. La pensée négative est le stimulus qui provoque votre esprit pour qu’il exécute l’ensemble de la structure automatiquement. Donc, chaque fois qu’il vous arrive de penser, « je suis un idiot », même sans en être pleinement conscient, vous finissez par penser: «Je suis génial« .

 

Si vous n’avez jamais fait de visualisation comme ça avant, cela peut vous prendre plusieurs minutes ou plus pour intégrer tout ce processus. La vitesse vient avec la pratique. Le tout peut littéralement être fait en quelques secondes une fois que vous y êtes habitué. Ne laissez pas la lenteur de la première fois vous décourager. Il s’agit d’une compétence qui s’apprend comme toute autre, et vous pourrez probablement vous sentir un peu inconfortable la première fois.

 

Je vous recommande d’expérimenter avec différents types d’images. Vous trouverez sans doute quelques variations plus efficaces que d’autres. Portez une attention particulière à l’association par rapport à la dissociation. Lorsque vous êtes associé dans une scène, vous imaginez la voir à travers vos propres yeux (c’est à dire la première personne en perspective). Lorsque vous êtes dissocié vous imaginez vous voir dans la scène (c’est à dire -vu à la troisième personne). Je reçois habituellement de meilleurs résultats quand je me dissocie dans les deux scènes. Vos résultats peuvent varier. Vous pourriez avoir à faire un travail de caméra mentale si vous passez de dissocié à associé ou vice-versa, mais cela peut être fait avec la pratique.

 

J’ai fait beaucoup de ce type de conditionnement mental pendant les années 90. Chaque fois que j’ai découvert une pensée négative, j’ai l’ai accueillie et redirigé. En l’espace de quelques jours, j’avais reprogrammé des dizaines de schémas de pensée négatives, et bientôt il m’est devenu difficile de produire une pensée ou une émotion négative. Tout était redirigé vers le côté positif. Je pense que c’est en partie la raison pour laquelle je me suis senti si confiant pour créer ma propre entreprise dès la sortie de l’université – j’utilisais le conditionnement mental pour rediriger les pensées de doute vers un état ​​d’esprit de « je peux le faire ». J’ai aussi utilisé ceci pendant mon collège, et je suis sûr que ça m’a aidé à être diplômé plus vite que la normale. Il me restait à faire face à beaucoup de défis dans le monde réel, mais au moins je n’avais pas à me battre contre le propre doute de moi en même temps.

 

Ce type de conditionnement mental m’a donné beaucoup plus de contrôle conscient sur mes états internes. Aujourd’hui, il est tellement intériorisé que je le fais automatiquement, sans même y penser. Mon subconscient prend le pas à un moment donné, à chaque fois que j’ai une pensée comme «Je ne peux pas » celle-ci est automatiquement permutée en « Comment puis-je ? ». C’est ce qui en fait est censé se passer – avec la pratique de conditionnement mental suffisante, votre subconscient va prendre le relais. Les experts de la mémoire signalent également qu’avec de la pratique, des techniques telles que l’ancrage et le chaînage sont pris en charge par l’inconscient, tout comme une bicyclette.

 

Donnez une chance à ce processus et essayez-le la prochaine fois que vous remarquez que vous vous attardez sur une pensée négative. Je pense que vous trouverez cela très stimulant. Et n’hésitez pas à partager avec d’autres qui pourraient utiliser un remontant mental.

 

Pour aller plus loin, je vous recommande également la lecture des articles suivants :

Entraînez votre cerveau pour un gain de performance permanent (en quelques minutes seulement)

Un grand pouvoir réside en chaque être humain.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge