Comment changer consciemment son focus afin de se sentir mieux

Cet article est ma traduction libre d’un article publié le 12 juillet 2016 par Leo Babauta sur le blog ZenHabits.

 

Tout au long de la journée, nous sommes frustrés, irrité, en colère.

Nous sommes frustrés en conduisant notre voiture, quand un proche ne se comporte pas de la façon dont nous aurions aimé, quand quelqu’un nous dit que nous avons tort, lorsque la technologie ne fonctionne pas comme nous le voulons, quand le dîner est raté, et à l’occasion de beaucoup d’autres contraintes quotidiennes.

Ces frustrations peuvent s’accumuler et nous donner du malheur, des problèmes relationnels, des problèmes de travail, un stress accumulé, ou envoyant votre trop plein à quelqu’un quand vous perdez votre sang-froid.

Et pas toujours des choses très recommandées !

 

boostermavie-soleil

Je vous propose de faire un changement conscient de pensée pour faire face aux frustrations.

Il existe une pratique de la pleine conscience, et je la recommande vivement. Nous allons commencer par parler de la frustration et d’où elle vient, et ensuite comment passer à la pleine conscience.

Etre pleinement conscient de sa frustration

La prochaine fois que vous rencontrez cette frustration, prenez juste un moment pour l’apercevoir. Soyez simplement conscient que vous n’êtes pas satisfait de quelque chose ou de quelqu’un, que vous sentez la frustration dans votre corps en quelque sorte.

Faites attention à votre respiration, à ce serrement dans la poitrine ou sur les épaules, à la façon dont vous vous sentez dans votre corps. Restez avec ce sentiment pour seulement quelques instants, si vous avez le courage de le faire.

Normalement, nous fuyons et ne prêtons pas attention à ce sentiment, et nous essayons de le résoudre en solutionnant la situation, ou essayons de nous distraire. Mais restez avec le sentiment si vous le pouvez.

Maintenant, réfléchissez ce que vous voudriez qui soit différent en ce moment.

Qu’est ce qui manque à cet instant et qui vous frustre ? La frustration découle de ce que vous n’avez pas.

Qu’est-ce que je veux dire par là ? Il y a quelque chose que vous n’avez pas maintenant, et que vous aimeriez avoir.

Ce manque vous frustre.

 

Voici quelques exemples :

  • Mon enfant ne se comporte pas de la façon dont je voudrais… son comportement «idéal» me manque. (En fait, il est mon idéal, pas le sien.)
  • Mon ordinateur tombe en panne, et je suis frustré… mon manque est un ordinateur qui se comporte parfaitement.
  • Les gens disent des choses en ligne qui m’irrite… ce que je n’ai pas est un tas de gens qui sont d’accord avec moi ou qui se comportent de la façon dont je veux.
  • Mon conjoint m’a critiqué… ce que je n’ai pas est quelqu’un qui pense que je suis un mari (ou une épouse) génial en ce moment, ou leurs compliments.

 

Ce ne sont que des exemples, mais dans tous les cas, il y a quelque chose qui manque et que je veux. En général, c’est un idéal.

Pour commencer, soyez juste conscient que vous êtes frustré. Essayez d’éprouver le sentiment dans votre corps, et puis notez ce qui est absent et qui est frustrant pour vous.

 

boostermavie-soleil-halo

Etre pleinement conscient de votre histoire

Lorsqu’il nous manque quelque chose que nous voulons, nous sommes frustrés, irrités, en colère… nous tournons souvent l’histoire dans nos têtes pendant un certain temps.

« Il est tellement irritant quand il agit de cette façon,» ou bien «Pourquoi ne peut-elle pas être juste plus … »

Nous sommes pris dans cette histoire, collé dessus, attaché à elle. Nous souhaitons que les choses soient différentes, que les autres se comportent différemment, nous souhaitons que les gens se rendent compte que nous avons raison.

Il est facile de se laisser prendre au piège. Il n’est pas si facile de remarquer que nous sommes pris dedans, lorsqu’il se présente.

Mais si vous pouvez le remarquer, notez juste que vous vous racontez une histoire à propos de cette situation. C’est une histoire sur la façon dont vous souhaitez que les choses soient différentes, comment les choses ne sont pas de la façon dont vous voulez qu’elles soient.

Asseyez-vous et regardez-vous vous laisser prendre dans cette histoire. Asseyez-vous et rester avec les sentiments que cela produit.

Ensuite, voyez si vous pouvez remarquer que l’histoire n’est pas si solide. Elle n’est pas si réelle.

Elle n’est pas plus qu’un rêve.

Les choses peuvent-elles s’alléger si vous remarquez la nature onirique de cette histoire ?

 

La pleine conscience de ce qui est déjà là

Si nous nous concentrons sur ce que nous ne disposons pas, cela nous frustre… alors le contraire pourrait bien nous aider.

L’antidote à la frustration s’apprécie sur ce qui est déjà là, en ce moment même.

Cela peut sembler ne pas être vrai quand la frustration arrive, parce que la vérité est que nous voulons juste que les choses correspondent à ce que nous voulons.

Nous voulons simplement que les autres personnes agissent de la façon dont nous pensons qu’elles doivent agir, ou si vous voulez, que la vie aille de la façon dont nous voulons qu’elle aille.

Malheureusement, ce n’est habituellement pas le cas. Parfois, nous pouvons forcer les gens à agir comme nous le voulons, si nous avons un pouvoir sur eux, mais cela va créer une mauvaise relation avec eux. A la fin, personne ne sera heureux.

 

Ma solution est de me concentrer sur ce que je peux apprécier en ce moment.

Prenons les exemples ci-dessus à partir de :

  • Je suis frustré par le comportement de mon enfant… Je peux respirer, et apprécier les choses de ce moment : mon enfant est en fait une personne merveilleuse, qui peut ne pas se comporter parfaitement tout le temps (qui le fait ?). Il est vivant ! Et dans ma vie ! Et je l’aime profondément.
  • Mon ordinateur se bloque… Je peux respirer, et apprécier le fait que j’ai un ordinateur, que tous mes besoins sont satisfaits, que je connais des gens dans ma vie qui m’aiment. Je peux comprendre la pause de l’ordinateur et je note les choses impressionnantes autour de moi.
  • Les gens disent des choses irritantes en ligne… Je peux respirer, et apprécier : Je reçois des messages étonnants ! Je suis vivant ! Les gens sont variés et intéressants et différents, et j’aime l’humanité pour ce fait précieux.
  • Les bouchons en ville … Je peux respirer, et apprécier le fait que je peux écouter de la belle musique dans ma voiture, ou que j’ai un peu de temps de transition entre le travail et la maison où je peux réfléchir sur la vie, ou que j’ai une maison, ou que je conduis dans de beaux paysages.
  • Mon conjoint m’a critiqué… Je peux respirer, et apprécier : il ou elle est un super conjoint, et une personne avec une autre façon de faire les choses, et je suis heureux de l’avoir dans ma vie. Et peut-être il/elle-même est frustré(e), et je pourrais lui faire un câlin.

 

Cela ne signifie pas que nous devons seulement « penser des pensées positives »… bien au contraire.

Remarquer nos pensées négatives et rester présent avec elles est important. Nous ne pouvons pas éviter la frustration, mais nous pouvons être conscient de cela. Ce changement conscient d’appréciation de ce qui est peut être utile.

 

Frustration dans le milieu de l’Injustice

Je dois souligner que rien de tout cela signifie que nous devrions accepter un abus ou une injustice comme « OK. » Je sais qu’il y a des choses incroyablement frustrantes dans notre monde d’aujourd’hui. Et que la violence, les manifestations, la colère et les conflits sont tout autour de nous.

Ce changement conscient que je suggère n’est pas une solution à tout cela. Ce n’est pas la suggestion que vous devriez juste être heureux avec votre lot de problèmes, ou accepter le monde tel qu’il est, sans vouloir changer.

Non, je pense que s’il y a abus ou injustice, nous devrions essayer de corriger avec compassion ces tragédies. Mais apprendre à faire face à nos frustrations, au milieu de tout cela, peut réellement aider dans cette situation. Si nous ne pouvons pas faire face à nos frustrations, alors nous sommes de plus en plus susceptibles d’agir dans la colère et la violence, et ce n’est pas utile.

Il y a une autre façon de faire : reconnaître l’injustice. Soyez conscient de vos frustrations, appréciez la vie dans le moment présent pour calmer vos frustrations… Alors vous pouvez vous engager avec compassion dans le monde afin de travailler sur la baisse de l’injustice.

Avoir un dialogue mené avec amour avec tout le monde, plutôt que des interactions basées sur la colère et la peur. Levez-vous contre les abus, mais cela ne signifie pas jeter une brique par colère.

Je n’ai pas toutes les réponses, et mon cœur va à tous ceux qui sont en deuil, qui ont peur, mal, un sentiment d’impuissance, marre, frustré ou en colère. Mon seul espoir est qu’au milieu de toute cette douleur, nous pouvons apprécier le don de la vie que nous avons reçu, et trouver l’amour pour nos frères humains malgré tous leurs défauts et le désordre.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *